janvier 10, 2010

#2 Rapport danalyse du sondage sur le leadership

rapport2

Suite et fin

Question numéro 2

«Si vous deviez définir des critères de santé pour un leader d’église ou de ministère, lesquels allez-vous mentionner ?»

Un nombre appréciable de 226 avis ont dû être colligés pour cette seconde question. Celle-ci étant l’écho curatif aux précédentes dysfonctions, des évidences logiques ont naturellement suivies les tangentes signalées plus tôt. La présentation des critères de santé vous est proposée en quatre segments de réponses.

Priorité no#1

Un premier bloc nous indique le critère de :

RELATION À DIEU (30% des réponses)

Au-delà du simple bon sens de cette priorité, d’autant qu’il est question de la santé d’un leader chrétien, percevons une sorte de cri du cœur de la part des répondants à ce sondage. Nous savons que l’exhortation n’a pas à être inusitée pour être riche en vérités. Si près de 70 commentaires s’attardent à ce critère, c’est peut-être parce qu’il n’apparaît pas suffisamment comme une…évidence dans la vie de trop de leaders.
En lisant tranquillement ces réponses, constatons que la lutte quotidienne pour une relation saine à Dieu est le souci premier de tous les ouvriers, sur tous les continents.

Renouvellement en Dieu
➢    Intégrité, authenticité, face à Dieu et aux humains (7 X);
➢    Avoir une authentique vie de prière (5 X);
➢    Communion avec Dieu, le Saint-Esprit, qui transparaisse (3 X);
➢    Avoir une relation quotidienne avec Jésus qui nous délivre de nos penchants et nous évite des scandales;
➢    Être délivré de tout ce qui empêche Jésus de passer dans nos vies et de régner;
➢    Renouvellement spirituel (2 X) : des temps fixés dans l’agenda, en priorité sur les activités (3 X);
➢    Planifier soigneusement dexxxs retraites de jeûne et de prière (3 X);
➢    S’assurer de la faveur de Dieu;
➢    Être en constant travail sur soi : «il veille sur son cœur» (2 X);
➢    Développer un esprit fort (2 X) en se laissant  toujours transformer par la Parole de Dieu (6 X);

Écoute de Dieu
➢    Capacité à écouter Dieu et à lui obéir, une véritable vie de disciple (2 X);
➢    Crainte de Dieu;
➢    Être serviteur de Dieu, avant d’être serviteur auprès des hommes;
➢    Un leader qui voit et entend ce que Dieu fait et dit, pour le communiquer à ceux qui veulent Le suivre;
➢    Avoir le courage d’aller là où le Saint-Esprit nous dirige (2 X), en défrichant de nouvelles avenues d’actions et de pensées (prendre des risques :  2 X);
➢    Capable et désireux de prendre des temps de retraite personnelle pour être à l’écoute;
➢    Faire et ne faire que ce que Dieu nous demande (pas d’activisme, de rendement), avancer en fonction de l’Appel de Dieu (vision claire);
➢    Ne pas se laisser influencer par des programmes, des modes à copier, etc.;
➢    Vision de base claire, qui évolue selon les «saisons» de l’église locale et de la société;
➢    Être préoccupé par des causes, passion (3 X);
➢    Comme Dieu, avoir un cœur aimant et compatissant pour les autres (5 X);

Vie d’adorateur
➢    Vie d’adorateur (3 X) : attitude positive et reconnaissante, par le chant, la musique ou en pensée, en tout ce qui nous arrive de bon et de défiant, dans la journée;
➢    Amour de Dieu (2 X);
➢    Faire de son intimité avec Dieu une priorité (2 X);

Priorité no#2

Un second bloc en importance, propose le critère du :

SERVICE EN DIEU (26% des réponses)

Plusieurs propositions se regroupent sous ce thème, ayant trait particulièrement à la manière de servir. C’est tout d’abord la capacité à travailler en équipe qui sort gagnante de ce sous-palmarès. N’est-ce pas ainsi qu’on été formés les apôtres, pendant leurs trois années de service auprès de Jésus ? Trop de leaders préservent pourtant une conception plus mosaïque et hiérarchique du ministère. Heureusement, les nombreux conseils reçus lors du sondage laissent entrevoir un changement de modèle de service qui sera autant bénéfique au leader qu’aux personnes qui l’entourent.

Vie d’équipe
➢    Capacité de s’appuyer sur une équipe et non sur une personne (être interdépendant) (5 X);
➢    Santé des collaborateurs;
➢    Être à l’écoute de nos co-équipiers et considérer leurs avis, au lieu de faire semblant;
➢    Être à l’aise dans la soumission mutuelle en équipe;
➢    Apprendre à vivre et à travailler en équipe (3 X) : superviser et être supervisé;
➢    Sécurité provenant du travail d’équipe : redevabilité (2 X), entraide, répartition du fardeau ministériel;
➢    Ne pas avoir peur de s’entourer de gens plus performants que soi (2 X);
➢    Ouverture à de la collaboration avec d’autres églises, d’autres dénominations;
➢    Avoir des relations saines avec d’autres serviteurs et d’autres églises;

Positivisme
➢    Être un leader encourageant (2 X);
➢    Se réjouir du succès des autres personnes ou églises;
➢    Esprit dans la joie (3 X) et le contentement;
➢    Beaucoup d’humour (4 X);
➢    Être cool;

Formation
➢    Continuer à se former tout au long du ministère (2 X);
➢    Être curieux de tout et ouvert à toutes connaissances, se cultiver (2 X);
➢    Bonne connaissance de la Parole (théologiquement) (2 X);
➢    Crédibilité;
➢    Bien gérer ses talents;

Multiplication
➢    Aspirer à devenir un parent spirituel, en pensant aux générations qui montent;
➢    Guider et se remettre en question (en retrait) pour laisser place à une nouvelle génération (3 X);
➢    Avoir une flexibilité, un accueil et une ouverture à tout moment, pour donner place aux nouveaux;
➢    Que notre ministère s’est multiplié à d’autres, qui se sont eux-mêmes multipliés (2 X);

Argent
➢    Une relation saine  et sainte à l’argent (2 X);
➢    Bon gestionnaire
➢    Fixer les yeux sur Jésus, qui a donné naissance à notre ministère et qui peut le soutenir (même financièrement), au lieu de convoiter l’aide ailleurs;

Temps
➢    Une bonne gestion de son temps et de ses priorités (2 X);

Autorité
➢    Autorité juste;
➢    Bon sens du leadership;

Patience
➢    Respecter le temps nécessaire à la faisabilité d’une vision. Parfois le leader a la vision de Dieu, mais les gens ne sont pas encore prêts. Il faut alors savoir attendre le temps propice;

discernement
➢    Capacité à prendre du recul et à analyser les situations;

Priorité no#3

Un troisième bloc de critères peut être résumé par la désignation de :

L’IDENTITÉ EN DIEU (23% des réponses)

Socrate l’a dit avant nous tous : «connais-toi, toi-même». Cette brochette de propositions semble consacrer la sagesse de ce conseil plus que millénaire. Mais en plus d’appuyer sur l’importance d’une identité bien cernée et libérée, les critères priorisent une connaissance de soi circonscrite à ses limites. Le leader sain n’est pas super-humain ! Sûr et fier de ce qu’Il a reçu de la part de Dieu, il sert tout de même humblement, en demeurant lucide, honnête et prêt au changement «sanctifiant».

Humilité
➢    Capacité à se remettre en question (4 X);
➢    Flexibilité;
➢    Humilité en action, même publiquement (10 X);
➢    Exercer le leadership sur la base d’un cœur guéri et constamment travaillé par le Saint-Esprit, afin de communiquer avec grâce (2 X) aux autres;
➢    Connaître le «brisement» (2 X), la repentance (3 X);
➢    Abnégation (renoncement), sens du sacrifice;
➢    Bien connaître les limites de son mandat (la part de Dieu, la part de soi-même);
➢    Être toujours conscient que l’Appel vient de Dieu et qu’en situation de désobéissance, celui-ci peut nous être retiré (comme David a remplacé Saül);
➢    Respect des dons correspondant à un mandat particulier : évite de s’incruster dans un ministère qui ne correspond pas à nos capacités;
➢    Œuvre selon des objectifs sains et réalistes;
➢    Demeurer authentiquement accessible aux gens que l’on dirige (3 X), en évitant d’être «piedestalisé» (simplicité);

Identité
➢    Savoir qui nous sommes, comme personne, existant indépendamment de notre position;
➢    Identité de soi bien fondée dans sa relation avec Dieu (être bien dans sa peau !);
➢    Rester dans les limites de notre ministère, tout en étant ouvert à la croissance, à l’amélioration;
➢    Respect de sa sphère d’influence, accepter le niveau d’autorité que Dieu nous a délégué, sans jugement de valeur;
➢    Être libre du regard des autres, tout en étant attentif;
➢    Force personnelle;
➢    Identité personnelle bien établie, libérée de la susceptibilité (3 X);
➢    Autorité saine, manifestée par une grande ouverture d’esprit;
➢    Une vision forte (2 X) et des objectifs bien définis;

Lucidité
➢    Conscience que ses capacités humaines ne suffisent pas pour servir Dieu et faire une différence dans le Royaume (2 X);
➢    Capacité de discerner le charisme, le caractère et la compétence d’une personne pour exercer son leadership, plutôt que sur le nombre d’années de service;
➢    Avoir une relation avec Dieu qui n’est pas fondée sur notre ministère, notre tâche ou la vision que nous cherchons à atteindre;
➢    Le ministère ne devient pas notre idole;

Priorité no#4

Un dernier quart des réponses se regroupent sous le critère de :

L’HUMANITÉ EN DIEU (22% des réponses)

Fraîcheur et réalisme se dégagent de cette cinquantaine de propositions. En effet, qui a-t-il de plus évident que de constater notre…humanité ! Pourtant, il est rare de voir la valorisation de ce critère dans les conceptions spirituelles et traditionnelles attachées au serviteur de Dieu.
L’analyse de ces réponses nous amène à plaider en faveur d’une joie de vivre résultant d’une santé humaine générale touchant toutes les dimensions : physique, émotive, relationnelle, sexuelle, sociale, ludique, etc. En fait, il s’agit d’un programme de vie qui ne devrait demander au leader que de savoir prendre soin de lui-même et des autres.

Relations
➢    Équilibre relationnel : selon chacun, ajuster nos échanges humains soit en recherchant la compagnie des autres, soit en recherchant des moments de solitude;
➢    Équilibre émotif;
➢    Communion avec les autres membres du Corps, afin d’éviter l’isolement;
➢    Communication claire (2 X), bonne écoute des autres;
➢    Douceur;
➢    Passer du temps avec les personnes, en s’intéressant vraiment à leur vie (4 X);
➢    Être un ami;
➢    Capacité à pardonner à toute épreuve;
➢    Capable d’inspirer, d’édifier et de consoler les cœurs brisés;
➢    Donner des conseils de sagesse;

Famille

➢    Une vie de famille conduite sous le regard de Dieu;
➢    Mariage sain (2 X), être un conjoint aimant;
➢    Équilibre entre ministère et vie familiale (2 X);
➢    Avoir un couple stable et en prendre soin;
➢    Bien éduquer ses enfants;
➢    Un bon leader familial;
➢    Rapport sanctifié à la sexualité;

Santé physique

➢    Soucieux de sa santé physique  (3 X): activité physique régulière, sommeil suffisant, alimentation équilibrée, rythme de vie équilibré pour se préserver de l’épuisement;
➢    Équilibre physique : 2 plages horaires par semaine d’exercices, souci diététique;
➢    Respecter un horaire de travail obligeant des arrêts, des pauses, du repos (Dieu l’a fait !);
➢    Équilibre ludique, selon les goûts de chacun : cinéma, musique, jeux, etc. (2 X);
➢    Savoir récupérer et se reposer;
➢    Une bonne hygiène de vie;
Transparence    ➢    Avoir un ou deux bons amis qui encouragent, exhortent, reprennent, défient, etc.
➢    Qualité d’écoute des autres;
➢    Un ou deux vis-à-vis auxquels on donne un droit de regard sur les sphères les plus intimes (pureté, gestion des finances, vécu de l’autorité, convoitises…). Cela peut englober les aspects du couple, mais pas obligatoirement (3 X);
➢    Droit de regard attribué à des serviteurs actifs dans les mêmes profils ministériels que nous : échange et prière sur des projets envisagés, sur le mandat en cours, sur les difficultés rencontrées;

Socialisation
➢    Être connecté avec la société civile/sociabilité;
➢    Faire parti de groupes à l’extérieur de l’église pour avoir des contacts avec des inconvertis;
➢    Incarnation réelle dans les différentes sphères de la vie sociale : famille, église, vacances, activités de loisir, etc. en conservant une seule et unique personnalité (de plus en plus sanctifiée);
➢    Vouloir influencer son entourage;
➢    Être en phase avec son époque;

Conclusion
Cette recherche, fondée sur l’expérience et l’observation de plusieurs dizaines de serviteurs de Dieu en Francophonie, nous permet de constater l’acuité d’une telle réflexion. Nous voyons bien que les dysfonctionnements, dans le leadership chrétien, entrainent l’arrêt momentané ou permanent de ministères si précieux pour l’avancement du Royaume de Dieu.

Il est évident que dans le monde présent, le mal de vivre pandémique n’est pas sans affecter l’être humain, que demeure le leader chrétien. S’ajoutent à ce fondement fragile, les nombreuses tentations tonitruées par les médias. En l’occurrence, le leader doit plus que jamais soigner sa foi, son service et son humanité.

Souhaitons donc, comme fruits de ce sondage, une surveillance accrue des conditions de vie du leader, une vigilance éclairée de ses motivations et de ses pratiques, mais surtout un partage réel et libérateur des secrets de son cœur.

À cet égard, la recherche de solutions et d’aides n’est certainement pas achevée. Poursuivons-là, sachant que pour chaque leader restauré, nous récoltons un ministère en santé et une nation bénie.

Christian Paulhus,
Pour COEF5

Commentaires

Aucuns commentaires

Laissez une réponse

* le champ principal est exigé.

*

*

Page 1 sur 11