mars 7, 2009

Belgique

flagge_be

Royaume de Belgique

GÉOGRAPHIE
Superficie : 30 518 km2.
Etat d’Europe occidentale baigné par la mer du Nord, limité par l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas et la France. La Belgique est souvent nommée le Carrefour de l’Europe.

POPULATION
Année    Population    Croissance annuelle    Densité
2000    10 161 164    + 0,14 %    333 hab / km²
2010    10 135 688    – 0,07 %    332 hab / km²

C’est le pays d’Europe le plus densément peuplé après les Pays Bas.

Capitale : Bruxelles 2 450 000 hab. Capitale de l’Union Européenne et Quartier Général de l’OTAN.
Autre ville importante : Anvers (1,2 million d’hab.)
Taux d’urbanisation : 97 %

PEUPLES
Indigènes : 90 %.
–    Flamands : 54,7 % essentiellement au nord et à l’ouest, leur langue est proche du hollandais.
–    Wallons : 32,3 % principalement au sud et à l’est, ils sont francophones.
–    Allemands : 0,7 % dans les districts frontaliers avec l’Allemagne.
–    Juifs : 0,32 % essentiellement à Anvers.
Etrangers : 10 %.
–    Citoyens de l’Union Européenne : 5 % (Italiens 280 000 ; Français 110 000 ;  Espagnols 70 000 ;  Hollandais 70 000).
–    Autres : 5 % dont Arabophones (essentiellement des Nord-africains) 200 000 ; Turcs 70 000 ;  Kurdes 25 000 ; Chinois 20 000 ; Congolais 15 000).

Taux d’alphabétisation : 99 %
Langues officielles : flamand, français et allemand – plus 4 dialectes.
Traductions de la bible dans les différentes langues : 3 Bibles

ÉCONOMIE
La Belgique est un pays riche dont l’économie est tournée vers l’exportation. Cependant le taux de chômage est relativement élevé : 9,6 %.
IDH : 0,945 (9ème pays sur 177)
Dette publique : 97 % du PNB
Revenu par habitant : 26 730 $ (85 % de celui des USA)

POLITIQUE
La Belgique est devenue une nation en 1830 sous forme de monarchie constitutionnelle. En 1993 une Constitution totalement fédérale a été instaurée afin de réduire les tensions entre Wallons et Flamands, et écarter le risque d’une division nationale. Les partis politiques ont été profondément discrédités par des scandales dans les années 1990, au profit des partis d’extrême droite.

RELIGION
Il y a une liberté totale de religion, mais seules certaines religions principales sont officiellement reconnues. Certains groupes religieux plus petits, la plupart étant des dénominations évangéliques, ont été classés comme «sectes » dans une enquête faite par le gouvernement en 1997, faisant planer une ombre de suspicion sur eux. Des efforts pour réparer ce discrédit sont sur le point d’aboutir.

Religions    Population en %    Adhérents    Croissance annuelle
Chrétiens    67,66 %    6 875 000    – 0,7 %
Sans religion/Autres    28,22 %    2 867 500    + 2,2 %
Musulmans    3,60 %    365 802    + 1,3 %
Bouddhistes    0,29 %    29 467    + 7,9 %
Juifs    0,21 %    21 338    – 3,3 %
Bahaïs    0,02 %    2 032    + 15 %

Chrétiens    Affiliation en %    Croissance annuelle
Protestants    0,78 %    +2,6 %
Catholiques    58,07 %    -1,4 %
Sans affiliation    7,32 %    non connue

Missionnaires Belges : 83 appartenant à 20 agences missionnaires.
Missionnaires étrangers en Belgique : 473 appartenant à 53 agences missionnaires dont USA (184), Royaume-Uni (63), Pays-Bas (45) etc.

REPONSES AUX PRIERES

1.    La croissance du témoignage évangélique, en particulier parmi les Pentecôtistes est lente mais régulière.

2.    Les zones flamandes ont, depuis longtemps, beaucoup moins d’Evangéliques que le sud francophone, mais elles ont, depuis dix ans, le meilleur taux de croissance.

3.    Un respect mutuel grandit entre les protestants «historiques – établis » et les réseaux évangéliques. Un corps protestant-évangélique à l’échelle nationale, qui représenterait à la fois les protestants et les évangéliques au gouvernement, est en train de se former.

DÉFIS POUR LA PRIÈRE

1.    La Belgique est un pays profondément divisé. Son territoire est à cheval sur la division culturelle entre les mondes latins/romains et allemands qui dure depuis 2000 ans. Elle a aussi été longtemps oppressée et combattue par les pays voisins. Wallons et Flamands sont unis dans la culture catholique, mais leurs rivalités et les ressentiments mutuels influent sur l’utilisation de la langue, l’économie, la politique, la vie religieuse et la vision du monde de chacune des communautés. Prions pour que les dirigeants nationaux travaillent à tout niveau avec succès pour l’unité de la nation, sinon celle-ci pourrait éclater.

2.    L’Eglise Protestante se relève seulement maintenant de la destruction de ses 600 lieux de cultes par l’Inquisition espagnole au 16ème siècle. Prions pour que la lumière de l’Evangile recommence à briller, surmontant les peurs et les préjugés, et qu’elle attire de nombreuses personnes.

3.    La population est de culture catholique mais se sécularise rapidement. Bien que 90 % de la population se dise catholique (71 % des Belges ont étés baptisés), la fréquentation des messes a chuté à 11 % de la population. En 1998, une enquête a révélé que 37 % des Belges ne fréquentaient pas d’église et que seulement 57 % se revendiquaient catholiques. L’Eglise est confrontée à quatre problèmes majeurs : une baisse de l’engagement, un déclin de son influence, le manque d’étudiants dans les instituts théologiques et l’abandon de la messe. Le nombre de prêtres a presque été divisé par deux depuis 1960 et leur âge moyen est de 64 ans. Le mouvement charismatique a apporté un renouveau, mais son influence reste limitée.

4.    Le pays a été choqué dans les années 1990 par la découverte de réseaux pédophiles meurtriers, dont certains avec des pratiques satanistes, qui atteignaient même les plus hautes sphères de la société. Certaines églises chrétiennes ont elles aussi été impliquées dans l’affaire. Ceci a conduit à une perte de confiance envers les dirigeants politiques et religieux. On a alors constaté une montée du néo-paganisme et de l’occultisme. Prions pour que ces œuvres des ténèbres soient liées, dénoncées et mises en déroute, et que beaucoup soient libérés en Jésus.

5.    Le protestantisme augmente à peine ces 30 dernières années. La croissance des groupes évangéliques, notamment des pentecôtistes et de l’aile évangélique de la très libérale Eglise Protestante Unie (EPUB), compense les défections importantes au sein de cette dernière. Problèmes majeurs nécessitant vos prières :
a)    La division entre les réseaux évangéliques et l’EPUB a été accentuée par les efforts de cette dernière qui prétend s’exprimer au niveau gouvernemental au nom de tous les protestants.
b)    Le renforcement de la fraternité et des liens de ministères entre les différentes dénominations. L’Alliance Evangélique est née dans les Flandres en 1980 et la Fédération des Evangéliques en Wallonie en 1989, puis un Corps National en 1994. Prions aussi pour qu’un corps protestant-évangélique efficace soit formé. Le manque d’unité n’aide pas à gagner une crédibilité nationale et une meilleure appréciation du public.

6.    Le manque de pasteurs et d’ouvriers chrétiens belges, particulièrement flamands, freine la croissance et le processus d’autonomie des églises nationales. Seulement 40 % des assemblées flamandes ont un pasteur autochtone. Prions pour que cette situation change et pour que de nombreux Belges soient appelés au ministère. Prions aussi pour ces importantes institutions de formation biblique : HEVERLEE (niveau doctorat) – Institut Biblique Belge – Continental Theological Seminary. Il y a quelques petites Ecoles Bibliques flamandes à temps partiel. A partir de Bruxelles, les Assemblées de Dieu desservent toute l’Europe, et même au-delà, avec les très réputés Cours par Correspondance ICI.

7.    Une vision de croissance. L’enquête nationale DAWN en Wallonie (1996) et dans les Flandres (1998) a clairement démontré le besoin d’implantation d’églises :
a)    Sur les 308 districts administratifs des Flandres, 116 n’avaient aucune présence évangélique.
b)    Sur les 281 districts administratifs de Wallonie, 168 n’avaient aucune présence évangélique en 1996.
Prions pour que l’Eglise se mobilise pour terminer le travail inachevé.

8.    Buts à atteindre d’ici 2015 nécessitant vos prières :
a)    Faire passer le nombre d’églises francophones (projet Gabriel) de 415 à 1 417.
b)    Faire passer le nombre d’églises flamandes de 253 à 590. L’implantation d’églises en Belgique est un processus de longue durée : la liberté existe mais il est difficile de gagner l’attention et la confiance des gens.
c)    En 2000 les églises pentecôtistes flamandes ont lancé le projet d’implanter 120 églises avant 2015.
d)    Prions pour la vision continue de BEM (Belgian Evangelical Mission) pour la distribution à tous les habitants de Belgique d’un pack comprenant un évangile avec une explication personnelle. En 1999, plus de 45 % de la population a ainsi pu être atteinte. Les projets Est-Flandres en 1996, Liège en 1998, Ouest-Flandres en 1999 qui ont été des réussites, seront reconduits dans d’autres provinces. BEM prévoit d’implanter 50 églises d’ici 2015.

9.    Défis spécifiques :
a)    La Belgique, en tant que nation, est l’un des pays dont les besoins sont les plus grands en Europe.
b)    Les provinces qui ont le plus de besoins : le Brabant flamand et l’est des Flandres ainsi que les provinces francophones de Liège, Namur et Luxembourg.

c)    Bruxelles est une ville stratégique. 29 % d’étrangers et plus de 8 % de musulmans y vivent. Bruxelles contient 5,9 % d’évangéliques et 3 % de protestants « historiques ». La plupart des grandes églises sont composées de minorités ethniques, en particulier de Congolais. Les besoins spirituels des diplomates, des affaires et des fonctionnaires européens sont nombreux. Il y a à présent des réseaux grandissants de prière parmi eux, et pour eux. L’Association des Hommes d’Affaire du Plein Evangile a eu un impact significatif.
d)    Anvers ne compte qu’une quarantaine d’assemblées évangéliques et une grande partie de celles-ci s’adressent à des non-flamands. La majorité de la communauté juive de Belgique vit dans cette ville. Un couple missionnaire travaille parmi eux. Il n’existe aucune église pour les 20 000 Marocains.
e)    Le nombre de nord-africains (majoritairement des Marocains) a augmenté par le biais de l’immigration légale et illégale. La majorité d’entre eux vivent dans les zones urbaines les plus pauvres. Ils sont presque tous musulmans mais il y a à présent deux assemblées de langue arabe. Quelques couples de missionnaires travaillent parmi eux, mais il faudrait beaucoup plus d’ouvriers. « La Bonne Nouvelle par téléphone » s’est avérée être une méthode de témoignage qui porte du fruit et il est prévu de mettre en place un ministère de « La Bonne Nouvelle par la radio ».
f)    Les Turcs et les Kurdes se sont montrés difficiles à toucher par l’Evangile. Il existe cependant une petite assemblée de croyants.
g)    Les cantons germanophones de l’est ont été négligés par les évangéliques jusqu’à récemment. Il y a maintenant deux églises de la BEM.
h)    Les 135 000 étudiants répartis dans 17 universités et grandes écoles représentent un défi majeur. Des missions travaillent dans 8 universités flamandes (notamment  International Fellowship of Evangelical Students) et dans 5 universités francophones (GBU), mais le nombre total de membres dans chacune des deux branches tourne autour de 50. Prions pour le ministère d’évangélisation d’Opération Mobilisation qui coopère avec ces groupes, et pour l’enseignement dans les groupes d’étudiants.

10.    Les ministères de médias chrétiens. Prions pour leur efficacité :
a)    La littérature chrétienne. La « Biblical Litterature Fellowship » a une grande imprimerie et a publié plus de 500 titres.
b)    Il y a 17 librairies chrétiennes (10 francophones et 7 en néerlandais) dont 7 appartenant à la BEM.
c)    Les radios et la télévision chrétiennes. Un total d’une heure de télévision et de 5 heures 30 de radio était produit en 2001 sur les chaînes de télévision et de radio flamandes. Ce secteur est en expansion.

Contacts :
Albert Leclerc
Centrale biblique
David Vandeput
Raymond Vandeput et Réseau Antioche

Commentaires

  • John van der Dussen

    03/20/2011 à 0 h 23 min

    Vos informations sont datées et dépassées. Vous écrivez par example: « Anvers ne compte qu’une quarantaine d’assemblées évangéliques et une grande partie de celles-ci s’adressent à des non-flamands. »
    Cependant, nous disposons des noms et adresses concrets de 112 églises évangéliques qui se réunissent actuellement chaque semaine à Anvers (dont 25 en néerlandais).

  • Luc Henrist

    11/10/2011 à 12 h 13 min

    En ce qui concerne la population juive de Belgique, vous mentionnez: « Juifs : 0,32 % essentiellement à Anvers. » Alors, qu’en réalité, elle représente à peine 0.25% (max. 40.000 personnes) http://www.dhnet.be/infos/monde/article/137854/40000-en-belgique.html et la majorité ne se trouve pas à Anvers (12.000) mais bien à Bruxelles (18.000) http://www.geschichteinchronologie.ch/eu/belgien/EncJud_juden-in-Belgien04-1945-1970-ENGL.html De plus, cette population va toujours en diminuant car la plupart des Juifs belges se sentent menacés à cause des attaques et de l’antisémitisme http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1278860693775&pagename=JFrench/JPArticle/ShowFull Finalement, vous aureiz dû mentionner l’attitude des autorités belges pendant la deuxième guerre mondiale. Les conclusisions de cette enquête ont été publiées en 2007, dans un rapport (du CEGES) au titre éloquent: « LA BELGIQUE DOCILE » http://www.cclj.be/node/292 25.000 juifs ont été déportés de la Belgique vers les camps de concentration, notamment à partir de la Caserne Dossin de Malines… Est-ce que ces réalités historiques n’expliqueraient pas, au moins en partie, la situation spirituelle actuelle de la Belgique?

Laissez une réponse

* le champ principal est exigé.

*

*

Page 1 sur 11